Christophe Ono-dit-Biot, Birmane

by Keiko Posted in Romans | Commenter »

birmaneBirmane est à offrir à tous les touristes qui rêvent d’être des voyageurs : c’est un roman d’aventure très réussi, qui donne soif d’exotisme asiatique.

César, secrétaire de rédaction et frustré de l’être, est plaqué par sa fiancée en Thaïlande, et décide de partir au Myanmar pour réussir là où son rival (reporter) a échoué : réaliser l’interview du plus terrible traficant de drogue du Triangle d’Or. Refusant les circuits classiques, César accepte de prendre des risques afin de quitter son étiquette de touriste et de s’approcher du « baron ». Novice et inconscient des dangers inhérents au régime dictatorial, il risque non seulement sa vie mais celle de tous ceux qui l’approchent.

myanmar_map

Finalement, son voyage va trouver une finalité bien plus noble a priori, dans les pas d’une femme médecin. Belle, mystérieuse, envoûtante et dangereuse, Julie va le manipuler mais aussi lui permettre de vivre une aventure extraordinaire, vers le coeur du pays et jusqu’à lui faire toucher son âme.

César va découvrir qu’un tel voyage initiatique a non seulement un prix exorbitant, mais aussi un impact indélibile, et qu’il devient impossible de rentrer intact, si l’on peut rentrer tout court…

Christophe Bec – Prométhée tome 1: Atlantis

by Orphen Posted in BD, Science-fiction | Commenter »

La note de l’auteur:
3h13 min
21 Septembre 2019

La navette Atlantis disparaît mystérieusement des écrans de contrôle lors de son dernier vol.
22 Septembre 2019
Toutes les montres et les horloges de la planète s’arrêtent.
Au même moment, le mécanisme d’Anticythère, un étrange astrolabe datant de la Grèce Antique, se met en marche alors qu’aucun scientifique n’y était parvenu jusqu’à présent.
23 Septembre 2019
La navette Atlantis réapparaît et atterrit à Cap Canaveral, un survivant est à bord : le commandant de la mission, en état de choc au milieu des cadavres déchiquetés du reste de l’équipage.
24 Septembre 2019
Un sous-marin nucléaire américain capte l’écho sonar d’un U-boat de l’armée allemande disparu soixante-huit ans plus tôt…
Un chalutier voit apparaître devant lui la monumentale coque du Titanic, disparu au même endroit, à 650 km au Sud-Est de Terre-Neuve.
Alors que partout, les avions s’écrasent et que l’apocalypse s’abat sur la planète entière, le futur de l’Humanité semble soudain plonger dans les ténèbres, présageant le pire pour notre civilisation.

9782302004429La note d’Orphen:  Ça commence vraiment bien pour ce premier tome de la série « Prométhée ». On ne sait pas trop ce qui se passe et on ne sais pas trop comment ça se passe. On cherche, on réfléchit mais on n’arrive pas à comprendre. Il va être nécessaire d’attendre le tome 2 pour que les choses s’expliquent, alors armez-vous de patience.

Alain Wegscheider – Mon CV dans ta gueule

by Orphen Posted in Romans | 2 Commentaires »

mon_cv_dans_ta_gueuleRésumé: Un chômeur décide d’envoyer des CV pour des postes qui l’intéressent, mais qui sont déjà occupés. Certes cela apparait illogique, sauf si le CV arrive le jour du décès de l’occupant du poste.

Mon avis: C’est loin, je l’ai lu en 2003, mais comme je viens de le retrouver dans les cartons, j’ai décidé d’en faire un petit post. Le livre ressemble un peu au film « Le couperet » avec José Gracia, ou bien devrais je dire que le film ressemble au livre, puisque le livre est sorti le premier. Méconnu, il raconte une histoire un peu zarbi mais amusante qui tue par nécessite, mais tout ne va pas se passer comme prévu… Ce petit roman mérite un peu de votre temps mais pas beaucoup plus, car il est loin d’être un pilier de la littérature. Un très bon livre de chevet, mais rien de plus.
Conclusion: il est bien mais pas top (avec une moyenne de 11/20, !comprend qui peut!)

Arundhati Roy, Le Dieu des Petits Riens

by Keiko Posted in Romans | Commenter »

dieudespetitsriensVoilà un classique indien à la fois plein de fraîcheur et empreint de tristesse. L’histoire est narrée par une petite fille, avec son niveau de compréhension des évènements : la vie de la famille Kochamma jusqu’au drame qui va la séparer de son frère et d’elle-même.

Le style est mordant, impitoyable et irrésistible, et l’on retrouve les réflexions de l’enfance, les petites manies ou les jeux enfantins pour faire face au monde incompréhensible des adultes. A lire absolument !

Histoire :

Ayant quitté leur père après un mariage malheureux, Ammu, revenue chez sa mère, élève ses deux jumeaux de huit ans, Rahel et Estha. Pleins de vie malgré un environnement miné par le chagrin, l’aigreur, la résignation ou l’impuissance, la petite Rahel et son frère s’attachent à Vélutha, un Intouchable au service de leur maison. Il représente d’autant plus une figure paternelle que leur mère l’aime en secret. Dans le contexte indien des castes, ces liens sont cependant défendus, car les Intouchables ne sont pas considérés comme des êtres humains à part entière…

Extrait :

«  La Maison de l’Histoire, plus proche, les fascina bien davantage. Ils y pensaient souvent, à cette maison, sur l’autre rive du fleuve. Qui se profilait au Cœur des Ténèbres. Qui leur était interdite. Qui était remplie de chuchotements incompréhensibles.

Ils ne pouvaient se douter alors qu’elle leur serait bientôt ouverte. Qu’ils traverseraient le fleuve pour se retrouver là où il leur était interdit d’aller, en compagnie d’un homme qu’il leur était interdit d’aimer. Qu’assis sur la véranda de derrière, ils regarderaient, avec des yeux grands comme des soucoupes, l’histoire se révéler à eux. »

Amin Maalouf, Les Identités meurtrières

by Keiko Posted in Essais | Commenter »

lesidentitesmeurtrieresQui ne connaît pas Amin Maalouf, l’écrivain des extraordinaires Léon L’Africain, Le Rocher de Tanios, ou encore Samarcande ? Engagé dans le rapprochement de la culture moyen-orientale et occidentale, il nous offre ici un livre qui mériterait d’être un passage obligé à l’école.

Il s’agit d’un traité sur la question de l’identité ou plutôt des identités, cruciale dans un contexte de mondialisation, pour les questions de métissage comme de compréhension entre les hommes de cultures, de religion ou d’origines différentes. C’est une invitation à la tolérance, au respect, à la compréhension mutuelle.

La tendance actuelle pousse les hommes à se regrouper et à cristalliser leur sentiment d’appartenance à un seul trait de leur personnalité : musulman, sénégalais, bouddhiste, ou encore socialiste, végétarien, intellectuel. Cette autodéfinition de l’identité est aussi dangereuse que stérile : elle conduit à se définir contre un ou plusieurs autres groupes que l’on définit tout aussi sommairement. Or chaque individu est composé d’une multitude d’identités qui se combinent et le rattachent à autant de groupes, tissant une société complexe.

La compréhension de la notion d’identités est considérée par Amin Maalouf comme un enjeu de civilisation. La sagesse de ce petit livre inspire l’admiration et ouvre la voie de l’humanisme.

Extrait :

« Pour ce livre, qui n’est ni un divertissement ni une oeuvre littéraire, je formulerai le voeu inverse : que mon petit-fils, devenu homme, le découvrant un jour par hasard dans la bibliothèque familiale, le feuillette, le parcoure un peu, puis le remette aussitôt à l’endroit poussiéreux d’où il l’avait retiré, en haussant les épaules, et en s’étonnant que du temps de son grand-père, on eût encore besoin de dire ces choses-là. »

Doris Lessing, Le Rêve le plus doux

by Keiko Posted in Histoire et Société, Romans, ~Autres~ | Commenter »

dorislessingDoris Lessing, prix Nobel de littérature 2007, nous livre avec Le Rêve le plus doux la saga d’une famille anglaise pas comme les autres, entre les années 1960 et aujourd’hui. C’est l’histoire de Julia, la vieille mère de Johny, Frances, sa femme, puis de Sylvia, fille d’une femme de Johny. L’histoire de trois femmes extraordinaires, toutes marquées par le malheur et la souffrance mais qui, par leur générosité, rêvent de faire un monde meilleur.

L’histoire gravite autour de l’ombre menaçante du père, Johny, qui a épousé la cause communiste, a renié ses racines bourgeoises (mais pas l’argent de sa mère, qu’il vient réclamer régulièrement), avant d’abandonner ses deux jeunes fils et sa femme au motif qu’elle n’est pas suffisamment dévouée au Parti. Julia et Frances créent alors un havre de liberté pour une multitude d’enfants et adolescents perdus ou révoltés contre leur propre famille.

Lorsque tous les enfants prennent leur indépendance, profondément influencés par leur expérience commune, ils se sont tous positionnés par rapport au marxisme, à son militantisme en Afrique et certains d’entre eux se retrouvent en Zimlie (pays imaginaire mais qui ressemble à s’y méprendre au Zimbabwe). Sylvia a repris un dispensaire en pleine brousse et se trouve confrontée au détournement de l’aide humanitaire, à la corruption du pouvoir alors même qu’elle a vécu avec un des ministres chez Julia.

Ce roman est en réalité le troisième tome maquillé de l’autobiographie de Doris Lessing. Avec une manière unique de raconter son époque, elle se révèle un témoin inestimable de l’histoire, qui propose une analyse pointue et sans concessions de l’évolution sociale des années 1960 et 1970, du communisme, du féminisme, de la prise du pouvoir par des dirigeants noirs en Afrique.

C’est un bijou qui ne peut pas laisser indifférent et dont on referme avec difficulté la dernière page.

Irène Frain, Au Royaume des Femmes

by Keiko Posted in Romans | Commenter »

auroyaumedesfemmes

Je vous propose aujourd’hui non pas un traité du féminisme mais un roman historique qui retrace la vie extraordinaire de Joseph Francis Rock, dandy et casse-cou à la fois, au tout début du siècle.

Aventurier pour le compte du National Geographic, il part à la découverte de l’Himalaya chinois, et au fil de ses péripéties tour à tour glorieuses, excentriques, étonnantes et grotesques, se dessine un personnage insaisissable. Toujours dans la représentation de lui-même, il vend du rêve au monde occidental, dont il dépend financièrement, mais n’estime que lui-même et n’aime que l’inconnu, l’exotique, l’inédit. Autodidacte, autoritaire et superstitieux à l’extrême, il se crée à force de mensonges et de supercheries un personnage qu’il ne pourra plus quitter.

Un rêve obsessionnel prend forme dans ses montagnes : il part à la quête d’un Royaume secret et oublié du temps, peuplé par les descendantes des Amazones, sauvages, insoumises et cruelles. « La Montagne » et sa reine exercent sur Rock une fascination qui s’exacerbe à mesure qu’il recueille plus d’informations sur ce monde inaccessible.

L’expédition sans cesse déviée ou repoussée lui permet de découvrir des vallées insoupçonnées, traverser des aventures rocambolesques et rencontrer aux frontières du monde « civilisé » des personnages retranchés à la limite de l’humain.

Entre biographie et roman d’aventures, Au Royaume des Femmes se lit sans difficulté malgré le nombre de pages. On est pris dans le rêve de la découverte d’un monde vierge (de l’influence des Blancs) et de l’apprivoisement d’une peuplade indomptée, issue des légendaires Amazones, restée à l’état de nature…

Tardi – Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec

by Superflux Posted in BD | 3 Commentaires »

Les aventures extraordinaires d'adele blanc sec adele et la bete

Jacques Tardi est né en 1946 à Valence, très belle ville. Il a reçu au titre de sa carrière d’auteur de BD le prestigieux prix d’Angoulème en 1985. Tardi est un auteur dur, réaliste, en particulier avec ses héros qu’il traite pour la plupart sous la forme d’anti-héros victimes de la dureté du monde. Ses ouvrages ne sont en général pas dépourvu d’humour, bien que celui-ci ait tendance à virer au noir. Ses choix d’auteurs (pour les illustrations ou les adaptations) sont révélateurs : Céline, Daniel Pennac, Jean Vautrin, Léo Malet…

Adèle Blanc Sec est une jeune femme noyée au centre d’imbroglios (ou imbroglii ?) absurdes  scientifiques et policiers. Elle traverse les histoires abracadabrantes que lui fait vivre Tardi toujours largement dépassée par les événements. Il faut avouer que l’auteur ne se prive pas pour compliquer à l’extrème les intrigues auxquelles se trouve mêlée Adèle Blanc-Sec. Ptérodactyles (ou pétrodactyles ?), pithécanthropes, dieux paiens… l’univers des Aventures Extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec ne manque pas de dépayser le lecteur.

Jean-Christophe Rufin, Le Parfum d’Adam

by Keiko Posted in Romans | Commenter »

ruffinadam1Vous aimez le suspense, les questions d’éthique, la thématique du terrorisme, et vous vous sentez plus ou moins concerné(e) par l’écologie ? Le Parfum d’Adam est écrit pour vous : malgré quelques longueurs peut-être pour les moins patients, on en apprend beaucoup et on est obligé de repenser sa position par rapport à l’intouchable développement durable, qui n’est pas si consensuel…

Connu pour son roman à succès Rouge Brésil, Jean-Christophe Rufin nous livre ici son dernier né issu de ses préoccupations humanistes liées à la rencontre des cultures du Nord et du Sud, à la médecine et, dans le cas du Parfum, de la violence liée aux mouvements de l’écologie radicale. Eh oui, pour vous, les écologistes sont d’irréductibles naïfs, plutôt bruyants mais inoffensifs ? Eh bien sachez que les Américains considèrent l’écologie radicale comme la deuxième cause de terrorisme au monde…

On suit en parallèle l’histoire de deux personnages que le destin va faire se croiser : une jeune française paumée, révoltée par le comportement consumériste et égoïste de ses contemporains, qui va libérer des animaux de laboratoire et récupérer une mystérieuse fiole rouge pour une association écologiste, et un ancien membre de la CIA qui enquête sur un terrorisme international sans visage.

La fin justifie-t-elle parfois les moyens, et jusqu’à quel point : c’est la question qui sous-tend ce livre. L’organisation écologiste que l’on découvre peu à peu apparaît séduisante et fait écho à une culpabilité ancrée en nous par les questions d’inégalités, de consommation irraisonnée, de non-respect de la nature ; à l’instar de Juliette qui s’y engage aveuglément, il est bien tentant d’y adhérer. La thèse se défend : l’homme est un élément qui, en s’affranchissant des contraintes naturelles par orgueil, a détruit l’équilibre homme-nature et est sur le point de s’autodétruire. Il s’agit donc de rétablir cet équilibre afin de revenir à une situation plus saine et durable… A quel prix ?

Jean Teulé – Le magasin des suicides

by Orphen Posted in Romans | 3 Commentaires »

magasin-des-suicides Le magasin des suicides est tenu par les Tuvache et ils en sont fiers.  Ils y vendent tous ce qui est nécessaire pour mettre fin à ses jours efficacement. Leur devise: ‘’Vous avez raté votre vie ? Avec nous vous réussirez votre mort !’’ . Toute la famille est dépressive, cynique et n’a comme seul et unique but que de satisfaire chaque client lors de sa visite unique, mais un jour Lucrece, la mère de famille, accouche de son troisième enfant, Alan. Celui ci voit tout en rose, il console les gens, il rie, il chante, ce qui est loin de faire le bonheur de sa famille.

Mon avis: Très bon roman. Assez court, une centaine de page. Il permet de passer un excellent moment sans passer des heures sur le même livre. On rie des situations les plus horribles, puisqu’on les vit avec des personnes habituées à celles ci, mais qui en ont fait leur gagne pain.

Conseillé par la maison.