Thérèse Delpech, l’Ensauvagement

Posted on mardi, novembre 25th, 2008 at 20:02

Description commentée :

Le retour de la barbarie au XXème siècle est le thème majeur développé dans cet essai qui a remporté le prix fémina en 2005.

Son auteur, agrégée de philosophie et diplômée de l’école normale supérieure, maîtrise allégrement son sujet.

Les fonctions prestigieuses que Thérèse Delpech occupe, tant à la tête des affaires stratégiques du commissariat à l’énergie atomique, au centre d’études et de recherches internationales, qu’à l’institut international d’études stratégiques, n’y sont en effet pas pour rien.

Cette spécialiste des relations internationales mène ici une réflexion historique sur le siècle passé pour mieux nous prédire celui qui s’ouvre à nous.

Revenant tout d’abord sur les premiers jalons posés par le conflit russo-japonais de 1905, elle nous livre ici une analyse à la fois stratégique, historique et philosophique du monde actuel et des scénarios plausibles pour 2025.
Pessimiste, l’auteur met en garde contre l’incidence de la politique de Poutine, les tensions en Asie du Sud-Est et la question nucléaire.

A bien des égards, cet essai passionnant mérite d’être lu à la lumière du rapport de la CIA commenté par Alexandre Adler. Il s’en distingue toutefois par sa dimension quasi-spirituelle qui lui confère une teinte unique.

You can leave a response, or trackback from your own site.

4 Responses to “Thérèse Delpech, l’Ensauvagement”

  1. youpy dit :

    Pas mal mais dans le registre faut voir aussi les bouquins d’eric laurent même si c’est plus axe pétrole

  2. bluesman dit :

    oui eric laurent est un auteur que j’apprécie beaucoup aussi, je pense qu’on ne tardera pas à poster sur l’un de ses monuments du type « face cachée du pétrole » ou celui sur l’Iran et la bombe… à suivre, merci du conseil en tout cas!

  3. Keiko dit :

    Ce livre est une référence de poids en la matière, mais à mon sens très catastrophiste. Et surtout, Thérèse Delpech fait un peur dans ses prises de position bellicistes (« américaines », en fait) du type « guerre préventive », pour l’Iran notamment. Je pense que la réflexion est très riche mais je garde l’esprit critique et mes conclusions n’iraient pas dans le même sens!

  4. bluesman dit :

    il est en effet judicieux de garder son esprit critique dans de telles matières tant elles sont compliquées et susceptibles d’être analysées sous des angles à chaque fois différents.
    A cet égard, lire notamment eric laurent, comme le suggère Youpy, ou adler, comme je vous y renvoyais, est assez lumineux.
    Quant au caractère « catastrophiste », vous pointez en effet là une critique majeure formulée par bon nombre de lecteurs!

Leave a Reply